cliquez ici pour la visite virtuelle

Un livre d'art sur le Château de Condé

Cliquez ici pour accéder à l'histoire de la Principauté

 

 Le Château de Condé - Demeure des Princes

Une demeure de plaisance au siècle des Lumières

Auteur : Glorieux Guillaume
Editeur : SOMOGY (EDITIONS D'ART)
ISBN : 2-85056-759-0
128 pages / 1.070 kg
Thème : arts et spectacles-architecture

Disponible au Château de Condé


Résumé
Le château de Condé, dont les origines remontent a la fin du XIIe siècle, est une des pièces maîtresses du patrimoine artistique de la Picardie. D'illustres familles s'y sont succédé : les maisons de Luxembourg, Bourbon-Vendôme, Bourbon-condé, donnant ainsi son nom a l'une des plus illustres familles de France, les princes de Condé. Son heure de gloire date du début du XVIIIe siècle où il fut entièrement remanié sous l'impulsion du marquis de La Faye (1674-1731), diplomate, financier avisé, courtisan, mais aussi homme de lettres et de goût il transforma le château en une demeure de plaisance, somptueusement décorée. Il fit appel a de talentueux artistes, comme Oudry et Servandoni. Le château de Condé est autant le portrait d'un étonnant personnage, le marquis de La Faye, que le témoin d'un art de vivre raffiné, reflet de la production artistique la plus avancée de l'époque.

Biographie
Diplômé de l'Ecole supérieure de commerce de Paris et docteur en histoire de l'art, Guillaume Glorieux est maître de conférences à l'université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Il est l'auteur de A l'enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d'art sur le pont Notre-Dame (1694-1750) (Champ Vallon), pour lequel il a reçu le prix Eugène-Carrière de l'Académie française.

Article du Journal l'Union (éditon de Chateau-Thierry - Dimanche 17 avril 2005)

[Un ouvrage documenté sur l'histoire du château de Condé-en-Brie vient d'être publié aux éditions d'Arts. Guillaume Glorieux et Mme Pasté de Rochefort retracent " une partie " d'une faste époque.

"L'HISTOIRE du château de Condé-en-Brie est liée à celle d'un homme extraordinaire, le marquis de La Faye ". Guillaume Glorieux, auteur d'un splendide ouvrage sur cette " demeure des princes ", sait assurément de quoi il parle : docteur en histoire de l'art, maître de conférence à l'université de Clermont-Ferrand, il a déjà publié d'autre ouvrage pour lequel il a reçu le prix Eugène Carrière de l'Académie française. " Splendide témoin d'un art de vivre raffiné, reflet de la production picturale la plus moderne de l'époque et cadre de vie d'un séduisant personnage, ce château méritait une étude approfondie de son histoire, de son architecture et de ses décors ". Voilà pour sa motivation.


Nombreux manuscrits
Il est vrai que la réputation du monument a largement dépassé les contours de l'Omois.
Par sa beauté, par sa grâce, mais aussi son histoire (ses histoires.) ou ses mystères : " Guillaume Glorieux a merveilleusement écrit sur une partie de l'histoire du château ", confirme Mme Pasté de Rochefort, actuelle propriétaire, " mais il est d'autres vies, d'autres acteurs connus et moins connus qui ont construit l'image de Condé. D'autres livres aussi, de multiples anecdotes dont on aurait peine à croire, pourraient assurément témoigner de la richesse de ces lieux ".


A suivre donc ?
En attendant, M. Glorieux s'est patiemment appuyé sur les " nombreux manuscrits, correspondances, textes littéraires et autres écrits littéraires " afin d'écrire son ouvrage, principalement centré sur l'influence du marquis de la Faye attaché au rayonnement du château, situé à quelques lieux au Sud de Château-Thierry.
Jean-François Lériget, marquis de la Faye, acquit ce bien le 6 mars 1719, du prince de Carignan, contraint de vendre " et qui tenta plus tard d'annuler le contrat pour récupérer son fief ".
J.F. Lériget, " familier des lieux " a souhaité " investir dans la pierre ", mais aussi " disposer d'un cadre vaste et prestigieux non loin de Paris, pour recevoir ses amis ".
Sa grande culture, " son goût des arts, son aisance mondaine ", expliquent l'essor impressionnant qu'il a donné au château en " à peine une génération ".
En 1719, le château " présentait un état délabré, sans unité architecturale ".
Il le transforme en " demeure de plaisance ", démolit l'aile sud, répare les toitures, remplace l'escalier Renaissance en vaste accès à " trois volées et jour central ", ouvre sa demeure et s'entoure d'artistes, Watteau, Jean-Baptiste Oudry.


Derrière la glace.
En 1731, c'est le neveu du marquis, Jean-François II, qui hérite du château avant qu'il ne soit repris, après la Révolution, " et sans peu de dommages ", en 1814, par Françoise-Emile de Bimard, comtesse de Sade.
C'est sa fille Louise, qui épousa Claude de Sade, fils du célèbre marquis.
Enfin, le château fut racheté en 1983, par Alain Pasté de Rochefort, " pas totalement étranger à ce lieu ", puisque l'un de ses ancêtres, le capitaine Pasté, servit le premier prince de Condé au XVIe siècle !
Avec enthousiasme, les nouveaux propriétaires " ont poursuivi l'œuvre de restauration ".
Étrange clin d'œil du destin : en 1992, en retirant la glace située au-dessus de la cheminée de la salle à manger (décorée par Oudry), les nouveaux occupants découvrent une peinture à fresque dans un parfait état de conservation.
Condé cacherait-il encore d'autres mystères ?]

Visites à partir du 15 avril (au 15 octobre), de 14h 30 à 17h30. Fermé le lundi. Tél. 03.23.82.42.25.

Philippe Comare

 

 

Plan d'accès Visite Virtuelle Salles de Réception Histoire de la Principauté Liens Newsletter et fin